alcool drogue route

Alcool et Drogue : ennemis de la route

La consommation excessive d’alcool et de drogue avant de prendre le volant représente de véritables dangers sur la route. Ces fléaux sont respectivement responsables de 30 et de 23% des accidents mortels de la circulation. La législation mise en place pour lutter contre ces phénomènes a pour vocation d’éradiquer ces comportements de nos routes.

Les risques sur le corps de la consommation d’alcool ou de drogues

L’alcool

L’alcool représente différents risques pour les automobilistes. En effet, ses effets sur le corps, lorsqu’il est consommé en quantité, augmentent les risques d’être à l’origine d’un accident. Les chiffres montrent aussi que les accidents impliquant de l’alcoolémie sont généralement plus graves que les autres.

A partir de 0,5 grammes d’alcool par litre de sang, le conducteur ne dispose plus de toutes ses facultés. Son champ visuel rétrécit et la vigilance et la résistance à la fatigue diminuent. Par ailleurs, l’alcool entraîne une modification de la perception des distances, des reliefs et de la profondeur. La coordination des mouvements peut aussi pâtir d’une alcoolémie trop élevée. Enfin, l’effet désinhibant peut être à l’origine de prise de risques inconsidérés par l’automobiliste.

Les drogues

La consommation de drogues a des effets importants sur le comportement d’un conducteur. En effet, cela entraîne une perte de réflexes et augmente donc le risque de provoquer un accident mortel.

Les stupéfiants ont chacun des caractéristiques qui n’ont pas les mêmes conséquences sur le corps. A titre d’exemple, le cannabis entraine :

  • une baisse de la vigilance,
  • une baisse des réflexe,
  • une diminution des facultés auditives et visuelles.

En revanche, la cocaïne va plutôt avoir pour effet une conduite assez agressive et des erreurs de jugement et d’attention qui peuvent déboucher sur une perte de contrôle du véhicule.

Par ailleurs, il est fréquent que la consommation de drogues soit associée à l’alcool, ce qui multiplie de façon exponentielle le risque de causer un accident mortel.

Les sanctions prévues par la loi

L’alcool

La législation établit qu’il est interdit de conduire avec un taux d’alcool supérieur à 0,5 grammes par litre de sang. Pour les jeunes conducteurs qui ne sont encore titulaires que d’un permis probatoire, la limitation est de 0,2 grammes par litre de sang.

Les contrôles sont effectués par les forces de l’ordre à l’aide d’un éthylotest qui mesure la quantité d’alcool présente par litre d’air expiré. La limitation est de 0,25 milligrammes par litre d’air expiré, ce qui correspond aux 0,5 grammes par litre de sang. Une analyse sanguine peut aussi être effectuée dans un deuxième temps.

Il est établi qu’un verre d’alcool fait en moyenne monter le taux d’alcool à 0,25g/L selon les caractéristiques physiques de la personne, son état de fatigue, son tabagisme etc.

Lorsqu’un contrôle est effectué et que la personne à un taux d’alcool supérieur 0,5g/L, cette dernière encourt une suspension ou une annulation de permis de trois ans, un retrait de six points sur le permis de conduire et une amende de 135 euros. Enfin, lorsque le contrôle témoigne d’une alcoolémie de 0,8g/L, le contrevenant risque un retrait de six points sur son permis, une suspension ou une annulation de permis, 4500 euros d’amende, et une peine de prison de deux ans.

Les drogues

Lors d’un contrôle de police, un test salivaire peut être réalisé pour détecter la présence de drogues. Ce contrôle est réalisé de façon systématique lors d’un accident mortel mais peut aussi intervenir lors d’un contrôle de prévention. On considère que le test est positif lorsque la personne appréhendée refuse de se soumettre au contrôle.

Un test positif débouche sur un retrait de six points sur le permis de conduire. Lorsqu’une consommation excessive d’alcool est constatée dans le même temps, la peine s’alourdit de trois ans d’emprisonnement et de 9000 euros d’amende.

Une suspension de permis pouvant aller jusqu’à trois ans peut aussi être prononcée par le juge.

Enfin, lors d’un accident de la route, la présence de drogues dans les salives aura des conséquences sur l’indemnisation des dommages matériels que l’assurance prend habituellement en charge. Cette dernière sera d’ailleurs en droit de demander la résiliation du contrat d’assurance souscrit.
Les personnes blessées lors de l’accident seront par ailleurs fondées à demander des dommages et intérêts très importants.

Catégories

My Shopping Cart